PROTÉAGINEUX ET LÉGUMINEUSES : DES SOURCES DE PROTÉINES POUR MON ÉLEVAGE.

Une plateforme d'essais a été conduite sur le thème des sources de protéines au GAEC DES CALARDS à Saint-Paulien.

Les agriculteurs sont venus nombreux pour observer le comportement des cultures implantées et pour prendre note des premières analyses livrées par les techniciens de la Chambre d'Agriculture.

Le coût des matières premières reste très élevé cette année et il semble que cette tendance se confirme sur le long terme.
Pourtant elles sont indispensables pour garantir la productivité de nos élevages aussi bien ruminants que porcs ou volailles. L’apport de protéines est fondamental, la moindre carence par rapport aux recommandations alimentaires se paie comptant sur le niveau de production des animaux.

L’autonomie totale en protéines n’est pas un objectif réaliste dans une grande majorité des exploitations mais une réduction des achats de tourteaux est envisageable pour beaucoup.

Le but de l’essai mis en place ce printemps était de tester en conditions locales la mise en place de cultures riches en azote et de comparer les quantités de protéines produites à l’hectare.

Pois, lupin, féverole et soja pour la production de graines.

La collection présente des protéagineux de printemps implantés le 25 mars et du soja semé le 10 mai. Les itinéraires techniques seront présentés au cours de la visite. Les résultats définitifs de l’expérimentation seront diffusés après la récolte des parcelles. Un point a été fait sur les possibilités d’incorporation de ces graines dans les rations des animaux.

Avoine, ray-grass, pois fourrager, vesce, trèfles violet, incarnat, d’Alexandrie en association.

5 associations fourragères implantées le 10 mai ont été présentées. Elles sont toutes constituées d’une graminée et d’une ou plusieurs légumineuses. L’objectif est de mesurer le potentiel de ces fourragères en production de protéines. Des résultats sur luzerne et prairies temporaires longue durée ont également été présentés.

Un mélange maïs-soja pour ensiler.

Un semis de soja sous couvert de maïs a été aussi présenté. L’objectif de cette technique est d’enrichir en azote l’ensilage de maïs. Tous les fourrages et graines récoltés seront analysés pour établir leur valeur alimentaire.

Suite à ces essais, les agriculteurs pourront se lancer dans la production de protéagineux, et pour obtenir de meilleurs fourrages, les techniciens conseillent de récolter au bon stade, suffisamment tôt pour obtenir davantage de protéines.

Portfolio

Trèfle incarnat Lupin de printemps
merci de votre visite. cda43@haute-loire.chambagri.fr