LA RENTRÉE DES TROUPEAUX LAITIERS

Limiter les causes de stress pour lancer immédiatement la production hivernale.

La période de la rentrée à l’étable se traduit pour la plupart des bovins par un changement radical de l’environnement, de l’alimentation et du microbisme. Les animaux fragilisés sont particulièrement sensibles aux maladies et aux troubles métaboliques.

Gérer l’arrêt progressif de la consommation d’herbe

En cas d'année exceptionnellement bonne pour la pousse de l’herbe il reste encore, début Novembre, beaucoup d’herbe sur pied qu’il est intéressant de faire pâturer. Toutefois afin d’éviter une rupture brutale de la consommation d’herbe il est important que les vaches laitières consomment dès le mois d’octobre au minimum 50% de la ration d’hiver. Il faut anticiper cette transition si on veut éviter une rupture brutale occasionnée par la neige ou le gel.

Attention à la rentrée trop tardive des génisses

Les génisses sont les animaux qui rentrent le plus tardivement, là aussi attention à ne pas trop tirer sur la corde. On constate souvent des retards de croissance sur des génisses qui sont rentrées tard à l’automne, elles sont généralement plus chargée en parasites. La solution pour profiter de l’herbe et de garder les génisses dehors est l’apport de foin ou d’enrubannage au râtelier, un complément en céréales (1 à 2 kg en fonction des besoins) et en minéraux est judicieux. Quand la saison avance on va privilégier les parcelles les plus portantes, mieux exposées et plus abritées.

Entrer dans un bâtiment sain et confortable

Les animaux s’apprêtent à passer de 4 à 6 mois à l’intérieur il est indispensable de leur proposer des conditions de logement idéales. On ne peut pas demander à une vache laitière de produire si on la stresse en permanence par un environnement défavorable. Les aires de couchage : logettes, aire paillées, place à l’attache doivent être entretenues et les points sensibles (bétons glissants, trous, ferrailles dangereuses…) sécurisés. Une attention particulière doit être apportée à la ventilation. On évitera de surcharger le bâtiment, toutes les vaches doivent disposer d’une place pour manger et se coucher.

Déparasitage : changement de protocole pour la grande douve

Pour ce qui est des strongles digestifs, le traitement des vaches adultes est rarement nécessaire l’immunité naturelle s’étant mise en place sur la génisse. Il faut par contre penser à traiter les génisses qui rentrent de leur première saison de pâturage. Le changement prépondérant concerne le traitement de la grande douve et du paranphistome avec ZANIL et DOUVISTOME . Pour ces deux produits à base d’oxyclozanide un délai d’attente de 4,5 jours pour l’utilisation du lait à été mis en place. Concrètement, le traitement de la grande douve et du paramphistome en lactation devient impossible (à moins de jeter le lait de 9 traites) il faudra s’orienter vers un traitement au tarissement. Pour plus d’information sur le parasitisme renseignez- vous auprès du GDS ou de votre vétérinaire.

Agenda

Contact

Patrice Mounier
Technicien filière lait
04 71 07 21 23
Web agri
merci de votre visite. cda43@haute-loire.chambagri.fr