AGRICULTURE BIOLOGIQUE : DES PRÉCAUTIONS À PRENDRE AVANT VOS SEMIS DE CÉRÉALES D'AUTOMNE

ATTENTION AUX MALADIES

La météo particulièrement capricieuse d'un été peut entrainer le développement de maladies sur les céréales : carie, rouille jaune et induire beaucoup de germination sur pied. Au moment des semis il convient d’être vigilent pour ne pas hypothéquer les futures récoltes.

Test de germination : comment procéder ?

Sachant qu’un grain germé est incapable de germer une seconde fois, des grains germés sur épi ne peuvent pas être utilisés pour constituer la semence de cet automne.
Afin de limiter les levées irrégulières et la transmission de maladies, de type fusariose ou carie, il est fortement recommandé d’effectuer un test de germination de vos semences de ferme au moins 15 jours avant le semis. Ce test peut se faire à la maison. Pour cela :

- Comptez 100 grains
- Disposez les sur deux couches d’essuie tout ou du coton, dans une assiette, avec une étiquette où le nom des lots est écrit au crayon à papier ;
- Imbibez d’eau et placer le tout au réfrigérateur pendant 3 jours (pour levée toute éventuelle dormance résiduelle) ;


Remarque : au stockage, le fait de les maintenir à une température moyenne de 15-16°C pendant quelques semaines permet de diminuer cet état de dormance et donc d’obtenir une germination au champ ;


- Si un de vos enfants a consommé les grains de blé en croyant que ce sont des nouvelles céréales bio, recommencez depuis le début.
- Sortez l’assiette à température ambiante (20°C), arrosez tous les deux jours. Vous pouvez disposer un film plastique percé au dessus de l’assiette pour créer un effet de serre et accélérer le processus de germination ;
- Effectuez le comptage de plantules normales après une semaine : vous devez obtenir au moins 80 grains germés ;
- Augmentez votre densité de semis si la faculté germinative de votre lot est proche des 80 %. En dessous de ce seuil de 80% de faculté germinative, vous prenez un risque de levées irrégulières même si vous augmentez la dose de semis de plus de 20%.

Carie : un nouveau traitement à base de sulfate de cuivre utilisable en bio

La carie est une maladie cryptogamique qui se développe surtout sur les blés. Elle se transmet par la semence et le sol, où elles peuvent être présente une dizaine d’années.
Comment la reconnaitre : les grains sont plus ronds, bruns et ridés, s’écrasent facilement et surtout dégagent une poussière de spores noires avec souvent une odeur caractéristique de poisson pourri.

Un test simple permet d’estimer la présence de grains cariés dans un lot : mettre des céréales dans un seau rempli d’eau, brasser et récupérer les grains qui surnagent. Répéter ce brassage jusqu’à ce qu’aucun grain ne remonte à la surface. Observer ensuite un par un les grains surnageant récupérés et déterminer s’ils sont cariés ou non (grains bombés remplis de poussière noire).
Au moindre doute ne pas utiliser les semences et sur les parcelles « à risque », privilégier des conditions de semis favorisant une levée rapide : l’infestation des plantules de blés ne peut plus avoir lieu au-delà du stade 2 feuilles. On peut aussi miser sur les rotations : préférer un semis de prairie plutôt que de céréales sur ces parcelles là.


Un nouveau produit de traitement des semences de céréales à pailles désormais autorisé en AB : Il s’agit du Copseed, diffusé par Nufarm, spécialité à base de sulfate de cuivre autorisée en AB (la quantité de cuivre à l’hectare est minime puisqu’il s’agit d’un traitement de semences). Pour plus d’informations, sur les conditions d’emploi et d’usages, veuillez consulter le site Ephy.
L’efficacité du Copseed pour empêcher la germination des spores de carie est d’un niveau très correct. En complément, Copseed vient renforcer les moyens de lutte utilisables contre la carie, aux côtés du Cerall, seul produit autorisé jusqu’ici en usage contre la carie, mais dont la distribution était limitée aux stations de semences.


Autre nouvelle : concernant la production de semences, le Ministère de l’Agriculture a accordé une dérogation à la norme « 0 carie » pour autoriser, pour la campagne 2014/2015, la certification de lots de semences non traitées pour la présence maximale de 20 spores de Tilletia sp. par gramme de semences. Ces lots porteront la mention « présence maximale de 20 spores/g de Tilletia sp. » sur l’étiquette de certification. La possibilité, en parallèle, de l’utilisation d’un nouveau produit de traitement des semences est donc la bienvenue. Source ITAB


La rouille jaune : jouer sur les variétés 

 
La rouille jaune est due au champignon Puccinia striiformis, qui infecte les tissus verts des graminées. En principe l’épi n’est pas atteint mais compte tenu des fortes attaques de rouille jaune constatées cette année particulièrement sur les triticales il convient d’être prudent. En agriculture biologique la sélection variétale est le principal facteur permettant de limiter le risque.
L’ITAB (Institut Technique de l’Agriculture Biologique) coordonne des essais ce criblage variétal au niveau national. Un essai a été conduit dans l’Allier en 2014

  •  Les variétés de blé particulièrement affectées cette année sont : SATURNUS, PIRENEO et RENAN.
  • Concernant les triticales, KEREON, GRANDVALl, AMARILLO, MASSIMO et TREMPLIN ont été les plus sensibles. Préférer TRIBECA ou VUKA.

Toutes ces précautions peuvent permettre d’éviter bons nombre de mauvaises surprises sur la campagne à venir. Toutefois en agriculture biologique la prévention reste la clé de voute du contrôle des maladies (limiter la présence de repousses, retarder les semis, éviter les excès de fertilisants, favoriser une rotation diversifiée, contrôler les récoltes, utiliser des semences saines…).

Agenda

Contact

Dominique Deltroy 04 71 07 21 30

ddeltroy@haute-loire.chambagri.fr
Web agri
merci de votre visite. cda43@haute-loire.chambagri.fr